Page 21 - FNRS.News 118
P. 21

‘‘




          concret ? « En modélisant l’interaction   Les bioplastiques                 Les nouveaux
          du gaz avec la surface du capteur, les                                      plastiques peuvent
          chercheurs ont pu concevoir des dispositifs   Le constat réalisé pour le plastique est   être dégradés
          de détection, fonctionnant à température   exemplaire et sans appel : la situation
          ambiante, réduisant la consommation   n’est pas tenable sur le long terme.   par des micro-
          d’énergie et permettant l’intégration dans   La solution est d’écarter les énergies   organismes en
          des systèmes sans fil, évitant ainsi une   fossiles des cycles de production pour se   quelques années,
          interaction humaine directe avec une zone   concentrer sur les énergies disponibles
          contaminée. »                    à la surface de la planète, comme la       voire en quelques
                                           biomasse ou le carbone végétal.            mois. Leur
          Le problème du                   Pour y arriver, le bioplastique, ou        développement est
          plastique                        plastique biosourcé, fait partie des       issu de la science
                                           matériaux non polluants qui devraient      fondamentale
          La pollution de l’air n’est évidemment   être la norme. Pour faire simple, il s’agit
          pas le seul enjeu. On parle de plus   de matériaux organiques dans lesquels   et de la chimie
          en plus de ce 7  continent dans le   le carbone est issu de ressources      fondamentale.
                     e
          Pacifique, constitué de plastique issu   non fossiles. « Le développement de
          de la pétrochimie. Aujourd’hui, dix   ces nouveaux matériaux est issu de la
          tonnes de plastique sont produites   science fondamentale et de la chimie
          toutes les secondes sur notre planète.   fondamentale », développe Carla
          Cela représente 8,3 milliards de tonnes   Bittencourt. « Ces nouveaux plastiques
          amoncelées sur Terre depuis le lancement  peuvent être dégradés par des micro-
          des matériaux plastiques au lendemain   organismes en quelques années, voire
          de la Seconde guerre mondiale (1950).   en quelques mois. Et ce n’est pas de la
          Un plastique quasiment indestructible.   science-fiction : ces matériaux existent déjà.
          « Dégrader le plastique est actuellement très   Dans nos supermarchés, certains sachets
          compliqué car il est très stable », confirme   et d’autres plastiques à usage unique sont
          Carla Bittencourt. La menace, ce sont les   déjà biosourcés. »
          microplastiques issus de la dégradation   Le PLA est l’un des bioplastiques les plus
          de ces emballages plastiques rejetés dans   connus. Il permet diverses applications
          nos eaux. Personne ne peut affirmer avec   comme la production de bouteilles ou     Carla Bittencourt,
          certitude à quel point ces minuscules   de sachets. Il est 100% biodégradable,     Chercheuse qualifiée FNRS,
          particules peuvent être dangereuses   également en milieu marin, et ne nuit      ChIPS, UMONS
          pour la vie marine, pas plus qu’on ne   donc pas à l’environnement.
          peut le savoir pour les êtres humains.
          Ce dont on est sûr par contre, c’est qu’il
          y a un phénomène de bioamplification :   Une nouvelle
          des bactéries, des toxines, des polluants   génération d’encres
          organiques viennent se fixer sur la                                nanotubes de carbone afin de créer
          surface de ces particules. Nul ne peut   et de peintures           une matière anti-biofouling non plus
          dire aujourd’hui quel sera l’impact sur la   Sans être exhaustif, d’autres   chimique, mais physique, sur laquelle les
          chaine alimentaire.                                                micro-organismes ne s’accrochent pas.
                                           recherches en cours méritent d’être
          Est-ce pour autant la pire invention de   mentionnées. Celles financées par le   Souvent nocive, la peinture est
          l’histoire ? « Je ne pense pas », rétorque   FNRS, la Région wallonne et l’Union   d’ailleurs un domaine de recherche
          Carla Bittencourt. « Beaucoup de bonnes   européenne à l’UMONS, par exemple,   en vogue. « La chimie verte a développé
          choses ont été développées grâce au   sur l’encrassement biologique (biofouling   une nouvelle génération d’encres sans
          plastique, en électronique, en téléphonie,   en anglais), soit l’accumulation non   composés organiques volatils – des
          en automobile… ». Nous aurions tort de   désirée de micro-organismes, plantes   produits dangereux pour la santé
          réduire les matériaux plastiques à leur   et animaux sur des surfaces exposées à   humaine et l’environnement », détaille
          application la plus courante et la plus   un environnement marin. Les peintures   Carla Bittencourt. « D’autres peintures
          courte, celle de l’emballage. « Le hic, c’est   anti-biofouling actuelles comportent des   intelligentes permettent également, à l’aide
          qu’on ne peut pas s’en débarrasser. »   biocides néfastes pour l’environnement   de catalyseurs, de nettoyer l’atmosphère. »
                                           marin (cuivre et étain). Les chercheurs   Preuve que la science et la recherche
                                           de l’université ont donc mis au point   permettent aujourd’hui de mieux
                                           une peinture à base de silicone et de
          ‘‘                                                                 écologique.                           - FNRS.NEWS 118 - FÉVRIER 2020
                                                                             recycler et de produire de manière plus
                                                                                 Laurent Zanella
            La chimie verte a montré que le CO  peut être
                                                 2
            utilisé comme solvant ou réfrigérant industriel
            pour garder les lieux au frais, devenant ainsi une
            ressource au lieu d’être un déchet.
                                                                                                                 19
   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26