Votre navigateur ne supporte pas le javascript Séquelles durables du COVID-19
DONS | |

L'actualité chercheurs

Séquelles durables du COVID-19

➡️ Une nouvelle étude sur les effets du COVID-19 sévère a été publiée dans la revue scientifique JCI Insight. Trois chercheurs FNRS de l'Institute for Medical Immunology de l'ULB - Université libre de Bruxelles y ont contribué :

🔹 Nicolas Dauby, Spécialiste Postdoctorant FNRS
🔹 Arnaud Marchant, Directeur de recherches FNRS
🔹 Stanislas Goriely Directeur de recherches FNRS

Le COVID-19 sévère est associé à une dysrégulation du compartiment myéloïde pendant l'infection aiguë. Les survivants présentent souvent des séquelles durables, mais on sait peu de choses sur la persistance éventuelle de cette altération immunitaire.

Les auteurs de cet article ont évalué les réponses cytokines induites par les récepteurs Toll-like (ce sont eux qui détectent différents produits microbiens et jouent un rôle prépondérant dans les réponses immunitaires innée et adaptative) dans une cohorte de patients (légers à critiques) pendant les phases aiguës ou convalescentes.

En phase aiguë, ils ont observé une altération de la production de cytokines par les monocytes chez les patients les plus sévères. Cette capacité a été globalement restaurée chez les patients convalescents. Pourtant, ils ont observé une réactivité accrue à la ligature de TLR1/2 chez les patients qui se sont rétablis d'une maladie grave, ce qui indique que ces cellules présentent des propriétés fonctionnelles distinctes aux différents stades de la maladie.

Ils ont identifié un état transcriptomique et épigénomique spécifique dans les monocytes des patients atteints de la maladie grave qui peut expliquer leur réfractarité fonctionnelle. Le profil moléculaire des monocytes des patients en convalescence était distinct et caractérisé par une accessibilité chromatinienne accrue aux loci AP1 et MAF.

Ces résultats démontrent que l'infection sévère par le COVID-19 a un impact profond sur le statut de différenciation et la fonction des monocytes circulants à la fois pendant la phase aiguë et la phase de convalescence d'une manière complètement distincte. Cela pourrait avoir des implications importantes pour notre compréhension de la morbidité à court et à long terme liée au COVID19.

Plus d'infos sur pubmed...