Votre navigateur ne supporte pas le javascript Escapades africaines par les océanographes liégeois
DONS | |

L'actualité chercheurs

Escapades africaines par les océanographes liégeois

➡ Hubert Damas, nommé chef de travaux du service de zoologie de l’Université de Liège en 1945, figure parmi les chercheurs qui ont fait la renommée de ULiège dans le domaine de la biologie marine et océanographique, notamment au travers des recherches qu’il a menées suite à des missions en Afrique afin de décrire la chimie et l’écologie des lacs Kivu, Edouard et Ndagala.
➡ Alberto Borges, Directeur de recherches FNRS au sein de l’Unité de recherches FOCUS (Faculté des Sciences) de l’Université de Liège a aussi effectué des recherches dans le lac Edouard.
➡ "La comparaison de données de température actuelles avec celles de Damas en 1935 montre que les eaux du lac Edouard se sont réchauffées au taux attendu par le réchauffement global à long terme" explique Alberto Borges.
➡ Bien que pertinent, il s’agit d’un détail anecdotique de cette recherche dont le thème central porte sur la dynamique du CO2, CH4 et N2O dans les lacs Edouard et George.
➡ L'article publié par Alberto Borges dans Science Advances en juin dernier montre d’une part que les valeurs de CO2 et CH4 dans les lacs tropicaux africains sont très différentes de celles dans les lacs boréaux et tempérés.
➡ D’autre part, ce travail montre que les émissions de CO2, CH4 et N2O ont des « moments chauds » avec des pics lors du brassage des eaux du lac Edouard pendant des orages (fréquents sous les tropiques).
➡ "Ceci est très différent de ce que l’on connaissait des lacs tempérés et boréaux. Lorsque les eaux de surface d’un lac se réchauffent au printemps et en été, cela crée une couche d’eau en surface en contact avec l’atmosphère (dite couche de mélange) séparée physiquement par ce que l’on appelle une stratification thermique de la couche du fond du lac, isolée de l’atmosphère."

En savoir plus...