Votre navigateur ne supporte pas le javascript Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS - News recherche sur le Coronavirus
DONS | | fnrs.tv | fnrs.news | SPI |

News recherche sur le Coronavirus

La recherche dans la bataille contre le Coronavirus

#FNRSATHOME | Et chez vous, elle ressemble à quoi la recherche en confinement ?

Comptabilité, suivi administratif des chercheurs, gestion des appels, organisation des commissions scientifiques en visioconférence, préparation du magazine…

Six semaines déjà que les équipes du #FNRS ont investi de nouveaux bureaux (salon, cuisine, salle à manger) et découvert leurs nouveaux collègues.

Et vous ?
Racontez-nous votre expérience de recherche à la maison en postant une photo, un commentaire et le hashtag #FNRSathome sur les réseaux sociaux.

Profitons de la distance pour nous rapprocher...
#FNRSAtHome #ScienceFromHome #ScienceAtHome #StayHome #RestezChezVous

Cliquez sur l'image pour agrandir.


Nécessité et urgence d'un débat public sur l' "application Corona"

Une opinion signée notamment par Axel Gosseries, Maître de recherches FNRS à la Chaire Hoover d'éthique économique et sociale de l'UCLouvain – Université catholique de Louvain.

En Chine, en Israël, en Russie, en Corée du Sud, à Singapour et à Taiwan, une forme de technologie très spécifique est déjà utilisée dans la lutte contre le virus : la soi-disant "application Corona". Entre-temps, l'idée s'est également répandue dans nos régions.

Plus d'infos sur LeVif.be...


"Pour une protection des entreprises en difficulté à la hauteur de la crise"

Une carte blanche co-signée notamment par Alexia Autenne, Chercheuse qualifiée FNRS au Centre Droit Entreprise et Société de l'UCLouvain – Université catholique de Louvain.

La crise sanitaire a plongé bon nombre d’entreprises dans de graves difficultés financières. La plupart des États ont déployé, dans ce cadre, des outils énergiques de soutien au monde économique. La Belgique ne fait pas exception.

Plus d'infos sur LaLibre.be...


Si nous n'apprenons pas à gérer notre environnement de manière raisonnable, les nouvelles épidémies risquent de se cumuler

"Cette pandémie n'est que le début", prédit Johan Michaux, Directeur de recherches FNRS et responsable du laboratoire de génétique de conservation de l'Université de Liège.
Le prochain FNRS.news - à paraître en juin - développera entre autres la thématique des zoonoses grâce aux éclairages de Johan Michaux.

- La perte d'habitat de certaines espèces prédatrices entraîne leur disparition progressive et, partant, la prolifération d'animaux porteurs de vecteurs de maladies.
- De nouveaux pathogènes peuvent également éclore, via les moustiques et les tiques.
- Et à force de pousser la déforestation dans des régions nouvelles, méconnues et inhabitées, nous courons le risque de nous retrouver face à des espèces qui vivent à la base loin de l'Homme et qui constituent des réservoirs potentiels pour de nombreux pathogènes.

Existe-t-il une solution ?
"Ce que l'on peut espérer, de manière un peu utopiste, c'est une relation complètement différente par rapport à la biodiversité. Il faut en tout cas gérer de manière plus efficace et raisonnée la chasse des espèces sauvages. Il faut évidemment protéger nos forêts, limiter le réchauffement climatique afin d'éviter les effets " boule de neige ". Il y a 30 ans, le moustique tigre ne pouvait pas survivre dans nos régions. Enfin, il faut suivre et arrêter le trafic d'animaux sauvages. En chine, où l'État a interdit le commerce d'animaux sauvages, on retrouve déjà des chauves-souris sur les étals. Entre les paroles et les actes, il y a encore un monde."

Plus d'infos sur LeJournalduMedecin.com...


« On a laissé les maisons de repos livrées à elles-mêmes face à l’épidémie »

Une interview de Marius Gilbert, Maître de recherches #FNRS et responsable du laboratoire d'épidémiologie spatiale de l'ULB - Université libre de Bruxelles.

"(...) Ni les journalistes ni les épidémiologistes ne sont présents dans les maisons de repos. Si aucun monitoring n’est mis en place dès le départ, pour suivre la situation, il est très difficile de se rendre compte de ce qui s’y passe.

"Mais attention, dire qu’on ne s’est pas intéressé aux maisons de repos, ce n’est pas vrai. Avant les grandes annonces du 12 mars, le tout premier train de mesures adoptées par la Belgique concernait les maisons de repos. On a commencé par y limiter les visites. Et je me rappelle qu’à ce moment-là, la Wallonie voulait interdire toute visite alors que la Flandre souhaitait les autoriser, sous certaines conditions.

"Par contre, par la suite, je pense que l’erreur a été de ne pas faire de tests de dépistage dans les homes. Dans le milieu hospitalier, ces tests étaient nécessaires dans les centres de tri, pour pouvoir immédiatement isoler les personnes contaminées des autres patients. Et diviser les hôpitaux en deux parties : une zone « Covid » et une « non Covid ». C’était fondamental de pouvoir le faire.

"Mais toute la capacité de tests, assez limitée à ce moment-là, est donc partie dans les hôpitaux. On a un peu laissé les maisons de repos livrées à elles-mêmes face à l’épidémie."

Plus d'infos sur PlusLeSoir.be...


Contact

Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS

Rue d’Egmont 5

B - 1000 Bruxelles

Tél : +32 2 504 92 11

Fax : +32 2 504 92 92

BE55 0016 0000 0044

Contactez le FNRS