Votre navigateur ne supporte pas le javascript Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS - News recherche sur le Coronavirus
DONS | | fnrs.tv | fnrs.news | SPI |

News recherche sur le Coronavirus

La recherche dans la bataille contre le Coronavirus

Une bactérie de la flore intestinale maîtresse du jeu COVID-19 : vrai ou faux ?

Debunking d'une fake news qui a la cote avec Patrice Cani, Maître de recherches #FNRS au Louvain Drug Research Institute de l'UCLouvain – Université catholique de Louvain.

Un message diffusant de fausses affirmations circule actuellement sur les réseaux sociaux concernant une bactérie intestinale, Prevotella, qui infecterait le coronavirus et conduirait celui-ci à déclencher la réaction immunitaire qui délabre les poumons et tue le malade.

Oui, le microbiote intestinal joue un rôle important dans la protection contre les agents pathogènes, c'est vrai. "De là à dire que tout passe par là, c’est une aberration et nous sommes en situation multifactorielle".

Mais les souches Prevotella peuvent-elles jouer un rôle dans le nouveau coronavirus ? Patrice Cani estime qu’il n’y en a aucune preuve. "Je pense qu’on ne peut pas exclure le fait que certains genres bactériens soient dominants dans le microbiote mais est ce pour autant le réservoir ? Non, maintenant en sont ils la cause ? C’est un autre débat sans preuve aujourd’hui."

Plus d'infos sur la RTBF.be...


Le déconfinement, source de troubles psychologiques : "Le pire est à venir"

"On ne va pas s’en sortir sans peine", affirme Alexandre Heeren, Chercheur qualifié #FNRS et professeur de psychologie à l’UCLouvain – Université catholique de Louvain.

"L’incertitude est plus que jamais au rendez-vous. Or, on sait que dès que l’incertitude est là, inévitablement, l’anxiété s’active."

Il rappelle : "C’est ce qui s’est passé tout au début du confinement : il y a eu une élévation de l’anxiété parce qu’on ignorait ce qui allait se passer. Puis les gens se sont adaptés ; ils sont résilients. Mais au sortir du confinement, c’est la même histoire : on va à nouveau être confronté à de l’incertitude. Les gens vont réagir de manière très hétérogène, mais avec ce grand point d’interrogation pour tous : que va-t-il se passer après ?"

Plus d'infos sur LaLibre.be...


Effet thérapeutique de la nicotine sur le COVID-19 : info ou intox ?

Steven Laureys, Directeur de recherches #FNRS au GIGA (ULg) de l'Université de Liège fait le point sur l'impact de la nicotine sur le coronavirus.
#FNRSAtHome

Est-ce que la nicotine peut protéger contre le COVID-19 ?
Ni info, ni intox, actuellement, c'est en tout cas une piste sérieuse d'étude menée par Jean-Pierre Changeux de l'Institut Pasteur et des chercheurs de la Pitié Salpêtrière, à Paris, précise le chercheur.

Des patchs de nicotine vont servir à déterminer si la nicotine joue ou non un rôle actif sur des récepteurs du cerveau, les récepteurs nicotiniques de l'acétylcoline.

"Pour le moment, ça reste une étude scientifique, où l'étude de Paris dit que ça peut peut-être protéger contre l'effet du virus. Il y a des collègues américains qui disent l'inverse. Donc prudence ! Ne commencez surtout pas à fumer ou à mettre des patchs de nicotine pour vous protéger du virus.

"Mais la piste est intéressante et illustre aussi comment, d'autre part, nos connaissances de ce nouveau coronavirus sont limitées. Mais il y a peut-être quelque chose à démontrer au niveau du mécanisme d'action du COVID-19 pour ensuite, peut-être, proposer des nouveaux traitements."

Revoir le 6-9 de le RTBF...


#FNRSAtHome | La recherche continue !

Bonne continuation à toutes les chercheuses et tous les chercheurs qui sont actuellement à pied d'oeuvre pour leur thèse !

Cliquez pour agrandir.


À défaut de tester, il faudra « masquer » pour déconfiner

Deux chercheurs de l’UNamur ont étudié différents scénarios de déconfinement. Le seul qui soit réaliste : apprendre à vivre sans s’approcher, pendant des mois.

Avec Vincenzo Verardi, Chercheur qualifié #FNRS et Jean-Philippe Platteau, professeur émérite actif, qui travaillent au Centre de recherche en économie du développement (CRED) de l’Université de Namur.

Ils se sont servis d’un modèle épidémiologique standard, qui permet de dessiner l’évolution du nombre de personnes infectées par le virus ; y ont encodé les spécificités de la population belge ; puis ont fait varier ce modèle à partir du 3 mai, en décidant de remettre les gens au travail à 60%, puis d’imposer le port du masque, de procéder à un testing massif ou encore de maintenir en quarantaine les personnes les plus âgées.

Le nombre de scénarios est illimité, mais la rédaction du Soir en a retenu 5, graphiques et explications comprises :

  • Le retour immédiat à la normale
  • Réouverture partielle de l’économie
  • Testing généralisé
  • Port du masque obligatoire
  • Confinement des personnes âgées

Plus d'infos sur PlusLeSoir.be...


Contact

Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS

Rue d’Egmont 5

B - 1000 Bruxelles

Tél : +32 2 504 92 11

Fax : +32 2 504 92 92

BE55 0016 0000 0044

Contactez le FNRS