Votre navigateur ne supporte pas le javascript Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS - News recherche sur le Coronavirus
DONS | | fnrs.tv | fnrs.news | SPI |

News recherche sur le Coronavirus

La recherche dans la bataille contre le Coronavirus

Appel à contributions : répertoire des initiatives (recherche, innovation, expertise) contre le COVID-19 en Wallonie et à Bruxelles

À l’initiative de l’Académie royale de médecine et de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, soutenues par les Universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le #FNRS a été chargé de dresser rapidement un inventaire des contributions et de le publier sur Internet.

Dans ce cadre, nous vous invitons à communiquer

  • le projet de recherche,
  • l’initiative entrepreneuriale (produit/service),
  • ou les compétences et expertises
    que vous avez développés (ou que vous comptez développer prochainement) pour contribuer à combattre la pandémie et ses conséquences.

Le formulaire en ligne ci-dessous vous donne la possibilité de nous faire parvenir un descriptif de votre contribution : ce formulaire nous permettra d’élaborer une fiche de présentation qui sera diffusée la semaine prochaine sur le site www.COVID19-WB.be actuellement en construction.

Toutes les informations sont reprises sur le site internet du FNRS : https://bit.ly/2WbUBKI 

Le formulaire : https://bit.ly/3cfsjnW 


ULB-UA : la Belgique investit dans des infrastructures confinées et des laboratoires pour tester des vaccins

Le gouvernement fédéral belge a décidé d'investir 20 millions d’euros dans des infrastructures et des laboratoires confinés afin de mener des études d’infection contrôlée sur des sujets humains. L’ULB et l'UA travailleront en étroite collaboration sur ce projet.

Cette infrastructure, installée sur le site de l’université d’Anvers, accueillera des études cliniques « d’inoculation humaine ». Le principe ? Une première moitié d'un groupe de volontaires sains reçoit un candidat vaccin (inoffensif). L'autre moitié n'en reçoit pas. Ensuite, on innocule un pathogène à l'ensemble des volontaires. Il est ainsi possible de déterminer rapidement si le vaccin a constitué une protection ou pas en comparant les deux groupes. Ces expérimentations doivent se passer dans un environnement entièrement confiné pour éviter que le virus ne se dissémine dans la nature.

Arnaud Marchand, Directeur de recherches #FNRS, et l'un des deux promoteurs du projet, est directeur du Laboratoire d'immunologie médicale de l'ULB - Université libre de Bruxelles :
« Lorsqu’il faut démontrer l’efficacité du vaccin, on a besoin de le tester sur des milliers de personnes. C’est très lourd. Quand on est face à une épidémie, on n’a pas tout ce temps. La méthode de l’inoculation humaine permet de gagner au moins un an car on contrôle tous les paramètres. On sait que 100 % des gens sur qui on teste le vaccin sont infectés, qu’ils ont tous reçu la même dose de pathogène, au même moment… On ne doit donc pas attendre une contamination naturelle. On peut aussi suivre à tout moment la manière dont le virus se comporte et prolifère à l’intérieur du corps. C’est très informatif. »

Ce projet, académique, se veut indépendant du monde économique et politique :
« Nous avons collaboré très étroitement par le passé avec les bailleurs de fonds participant activement à la recherche sur les vaccins. Nous avons attendu la décision du gouvernement avant d’entamer des négociations avec des investisseurs privés. Les entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques s’intéressent également à ce projet. L’idée est de leur permettre d’utiliser nos infrastructures, mais pas de les financer directement »

Le communiqué de presse de l'ULB...

Plus d'infos sur PlusLeSoir.be...


Plaidoyer pour une sociologie mondiale à l'heure du coronavirus

Dans le cadre de ses fonctions de vice-président de l'International Sociological Association (ISA), Geoffroy Pleyers, Chercheur qualifié #FNRS et sociologue à l'UCLouvain – Université catholique de Louvain a initié une plateforme visant à susciter d'avantage d'échanges internationaux concernant la sociologie.

"À l'Association internationale de sociologie (AIS), nous pensons qu'une sociologie mondiale est nécessaire pour mieux comprendre les défis urgents auxquels nous sommes confrontés en temps de pandémie, rassembler les expériences réussies, mettre en garde contre les menaces et réfléchir au monde qui sortira de cette crise mondiale. (...)

"L'objectif de ce site web de l'ISA est de rassembler des analyses et des perspectives critiques de différents points de vue et de tous les continents, de favoriser le dialogue entre la communauté des sociologues et de mettre en évidence leurs contributions pour faire face aux défis soulevés par la pandémie COVID-19 et la façon dont elle ouvre la voie à d'autres avenirs qui pourraient en découler".

Il a également "rédigé un texte qui fait le point sur quelques contributions des sciences sociales au débats autour du coronavirus et des impacts sociaux de la pandémie".

Le texte : https://www.isa-sociology.org/

Plus d'infos...


"La démographie sera utile pour saisir les conséquences du Covid-19"

Thierry Eggerickx, Maître de recherches #FNRS en démographie à l'UCLouvain – Université catholique de Louvain apporte - déjà - quelques éclairages inspirés de sa discipline sur la surmortalité ou les effets du confinement.

"En Belgique comme ailleurs, nous ne sommes pas tous égaux face à la santé et à la mortalité : les groupes sociaux les plus défavorisés se caractérisent, toutes choses égales par ailleurs, par un moins bon état de santé et par une espérance de vie moins élevée que les plus favorisés.

"On sait aussi que la co-morbidité constitue un risque aggravant de mourir du Covid-19 ; comme elle est plus présente parmi les classes défavorisées, on peut supposer que la surmortalité liée au Covid-19 les affectera davantage.

"En outre, des différences sociales se marquent aussi en regard des conditions effectives du confinement. Densité d’occupation du logement, type de logement (appartement, maison unifamiliale), lieu de résidence (ville, campagne) sont autant de marqueurs sociaux pouvant influencer le risque d’être contaminé, de contaminer son entourage, et peut-être de développer des formes plus sévères de la maladie."

Plus d'infos sur PlusLeSoir.be...


100 000 morts du coronavirus évités en Belgique

C'est le chiffre obtenu par étude menée par des chercheurs issus des 6 universités belges. Ils ont créé plusieurs modèles mathématiques sur base des données statistiques fournies par Sciensano afin de modéliser l'expansion du coronavirus en Belgique.

"Cela met en évidence à quel point il est important de prendre des mesures au bon moment et de ne pas tarder dans la prise de décision. Si toute l’évolution avait été retardée de quatre jours, au lieu d’avoir une capacité hospitalière sous contrôle, on aurait eu une surcapacité et nous nous serions retrouvés dans une situation beaucoup plus problématique", explique Sébastien Clesse, Chargé de recherches #FNRS à l'Université de Namur.

Les modèles projettent les situations que nous serons amenés à vivre en Belgique selon les décisions des autorités. Ils prédisent les scénarios de demain.

Plus d'infos sur RTLINFO...

 


Contact

Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS

Rue d’Egmont 5

B - 1000 Bruxelles

Tél : +32 2 504 92 11

Fax : +32 2 504 92 92

BE55 0016 0000 0044

Contactez le FNRS